top of page

Aujourd’hui, dans Le Parisien, je m’exprime sur la place des ex conjoints dans le couple.


L’évocation des ex compagnes et compagnons est l’un des motifs évoqué comme étant à l’origine de tensions dans les couples qui viennent me consulter.


Aujourd’hui, il est fréquent de rencontrer quelqu’un qui a déjà eu plusieurs histoires d’amour. Pour autant, interroger systématiquement son conjoint sur ses histoires passées n’est pas recommandé. Si nécessaire, on peut en parler dans son nouveau couple, à condition de le faire avec tact et parcimonie. Il est important d’avoir bien refermé la porte des liaisons précédentes, afin d’éviter toute ambiguïté, et laisser toute sa place, et l’exclusivité à celle ou celui avec qui on a choisi de vivre aujourd’hui.


D’ailleurs, est il nécessaire de continuer à fréquenter ses ex?

On est en droit de s’interroger sur la raison pour laquelle un ou une ex continue d’être dans la vie de son partenaire (en dehors du fait d’avoir des enfants ensemble et de former un couple parental qui s’entend bien). Car le prix à payer d’une séparation est aussi de ne pas rester engagé dans l’histoire précédente, et s'engager à 100% dans la suivante. Couper les ponts est une preuve d’engagement. C’est ainsi que la nouvelle ou le nouveau partenaire va se sentir accueilli, aimé, désiré.


Dans le cas d’une famille recomposée, les choses sont différentes. Les couples parentaux gagnent à bien s’entendre. En bonne intelligence, il est utile de laisser une place à l’ex, et aux nouveaux conjoints, afin que chacun puisse trouver sa place.


Virginie Quérard Clarenc.




Retrouvez l'intégralité de l'article du Parisien ici:



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page